Une édition électronique des Œuvres d'Antoine Laurent Lavoisier

Le Centre de Recherche en Histoire des Sciences et des Techniques (CRHST) en collaboration avec Panopticon Lavoisier, a numérisé et présente, en texte intégral, les six volumes (4594 pages) des Œuvres d'Antoine Laurent Lavoisier (1743-1794), publiés aux frais de l’Etat de 1862 à 1893, ainsi qu’un certain nombre de textes complémentaires, parfois inédits, qui auraient dû figurer dans de véritables œuvres complètes. Ce site est réalisé par la plateforme technologique du CRHST sous la direction scientifique de Pietro Corsi, Professeur d'histoire des sciences à l'Université d'Oxford et de Patrice Bret, Secrétaire général du Comité Lavoisier de l’Académie des Sciences. Il est soutenu par le CNRS et hébergé par le centre de calcul de l'IN2P3-CNRS. Un moteur de recherche plein texte est disponible.

Rechercher dans le texte des Œuvres de Lavoisier Vous pouvez utiliser les troncatures '%' avant et/ou après le terme recherché.

Contexte historique

Dès 1836, le grand chimiste et académicien Jean-Baptiste Dumas, qui se considérait comme l’héritier spirituel d'Antoine Laurent Lavoisier, entendit lui élever un « monument » en publiant une « édition nationale » des Œuvres complètes de Lavoisier. Dix ans plus tard, Léon de Chazelles, époux de la petite-nièce de Mme Lavoisier, lui rappela sa promesse et lui apporta son soutien en déposant à l’Académie des sciences une partie des archives familiales.

C’est en 1861 seulement que le ministère de l’Instruction publique chargea officiellement Dumas de la publication aux frais de l’Etat. Les choses s’accélèrent et Dumas édita quatre volumes dans la décennie. Le second (1862), qui regroupe essentiellement des mémoires de chimie et de physique publiés dans les Mémoires de l’Académie royale des sciences, parut avant le premier (1864), qui contient les œuvres majeures : le Traité élémentaire de chimie, de 1789, et les Opuscules physiques et chimiques, de 1774. Le troisième (1865) réunit divers mémoires et documents touchant à l’histoire naturelle ou l’hygiène publique, de même que le quatrième (1868), qui y ajoute des pièces touchant à l’Académie des sciences et au Bureau de consultation des arts-et-métiers.

Professeur de chimie à l’Ecole polytechnique et à l’Institut agronomique, Édouard Grimaux prit la relève à la mort de Dumas (1884). Il publia les volumes V (1892) et VI (1893), l’un portant sur la géologie, la chimie et les poudres et salpêtres, l’autre regroupant des rapports à l’Académie des sciences et des documents relatifs à des questions d’économie politique, d’agriculture ou de finances et à la Commission les poids et mesures. Cette édition de référence n’a pas toujours été réalisée avec le soin nécessaire. C’est pourquoi nous y apporterons les compléments indispensables. En outre, il est nécessaire de la compléter, comme cela était envisagé dès la publication du volume VI.

Projets et éditions complémentaires

Quatre ensembles principaux manquent en effet à cette édition du XIXe siècle : d’une part, la correspondance et les cahiers de laboratoire, dont la publication était prévue dès les années 1890, d’autre part, l’édition posthume des Mémoires de physique et de chimie, dont Mme Lavoisier assura une diffusion confidentielle en 1805, et les articles rédigés en 1787 pour l’Encyclopédie méthodique.

Grimaux prévoyait en effet un septième volume pour la correspondance de Lavoisier, qu’il avait utilisée pour sa biographie, mais l’affaire Dreyfus le brouilla avec la famille et il mourut en 1900. Le projet fut repris à la fin des années 1920 par un ingénieur chimiste, René Fric, mais la Seconde Guerre mondiale le retarda à nouveau. L’Union internationale d’histoire et de philosophie des sciences le relança en 1947. Il fut pris en charge par le Comité Lavoisier, créé en 1948 par l’Académie des sciences. Sous ses auspices, René Fric donna un Catalogue préliminaire (1949) et publia la correspondance des années 1762 à 1783, sous forme de trois fascicules faisant partie du volume VII des Œuvres (1955, 1957, 1963). Après sa mort, René Taton relança l’affaire en faisant renouveler le Comité Lavoisier. Michelle Goupil publia en 1986 le fascicule IV (1784-1786) puis, abandonnant la référence aux Œuvres, le volume V de la Correspondance (1787-1788) en 1993. Prenant la relève, Patrice Bret a publié le volume VI (1789-1791) en 1997 et préparé le suivant (1792-1794), à paraître en 2004 (diffusion pour l’ensemble des volumes : Librairie Albert Blanchard, 9 rue Médicis, 75006 Paris). Un huitième volume d’addenda et errata mettra fin à l’entreprise. Il comportera aussi les tables générales des Œuvres et de la Correspondance, car il est important de maintenir les liens entre ces divers textes. L’Union internationale d’histoire et de philosophie des sciences, l’Unesco, le CNRS, le Centre national du livre et divers mécènes français et étrangers ont soutenu cette publication.

L’édition des cahiers de laboratoire n’a pas rencontré le même écho. En 1891, le ministère de l’Instruction publique chargea Marcelin Berthelot, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences de publier les cahiers de laboratoire aux frais de l’Etat. Depuis, le projet n’a jamais été repris. Le Comité Lavoisier pourrait y donner suite lorsque la publication de la Correspondance sera achevée.

Quant aux Mémoires de physique et de chimie, dont Lavoisier préparait l’édition avec son collaborateur Armand Seguin et qui ont été réunis après sa mort par ce dernier et par Mme Lavoisier, ils n’ont jamais été réédités. L’exemplaire du Comité Lavoisier a également été numérisé pour le CRHST et le Panopticon Lavoisier. Marco Beretta en prépare une édition critique.

Enfin, Lavoisier et ses collègues de la Régie royale des poudres et salpêtres ont rédigé pour le Dictionnaire de l’Artillerie de l’Encyclopédie méthodique les articles concernant leur secteur d’activité. Le projet n’ayant pas abouti à l’époque, Grimaux a publié dans les Œuvres deux de ces textes, parmi plusieurs versions conservées aux Archives de l’Académie des sciences. Une édition critique de tous les articles a été donnée tardivement : Patrice Bret, Lavoisier et l'Encyclopédie méthodique: le manuscrit des régisseurs des poudres et salpêtres pour le Dictionnaire de l'Artillerie (1787), Florence, Leo S. Olschki (coll. «Biblioteca di Nuncius. Studi e testi », 28), 1997.

Patrice Bret, Secrétaire général du Comité Lavoisier de l’Académie des Sciences.


Le site internet est hébergé sur la grille de services de la TGIR Huma-Num